A ceux qui pensent qu’une tournée n’est qu’un acte professionnel…

Notre désir de vous faire partager de l’intérieur la tournée des Tambours Croisés, ne se limitera pas à quelques billets d’humeur et anecdotes, illustrées de photos de qualité artisanale. Jusqu’au dernier jour (le 19 juin), j’essayerai de vous faire partager ce qui fait la force de la culture et de notre projet, à savoir « l’humain ». Entre émotions et incertitudes, engueulades et créations, désinhibitions et découvertes, tous ces instants font partie intégrante des Tambours Croisés. J’essayerai aussi de vous faire ressentir la moiteur de l’air à quelques minutes d’un concert, l’enivrante fatigue des voyages d’un continent à l’autre, les discussions passionnées des après-concerts jusqu’à pas d’heures et surtout les instants qui ne sont pas inscrits dans l’agenda ! Nous en attendons et en espérons beaucoup ! Haïti fut un cadeau, le Sénégal ne devrait pas baisser en intensité.

En choisissant de créer les Tambours Croisés en 2011, je n’avais pour intention que de me faire plaisir et de le partager avec le plus grand nombre. Certes, le concept n’était pas sans rapport avec ma culture et surtout avec mes racines pour moitié martiniquaises. Depuis mes premières productions et plus particulièrement à l’occasion de mon premier festival, « Tropicarythmes », j’ai toujours œuvré pour les fusions, les mélanges, les décloisonnements, les rencontres, comme si j’avais peur que l’évolution s’arrête. Depuis, j’ai appris que tout n’est que mouvement perpétuel et que le risque est au contraire que les racines disparaissent. Relativité oblige, ce que l’on appelle patrimoine ou racines aujourd’hui ne sont que l’évolution d’autres encore plus anciens. L’évolution d’hier n’est autre que la tradition d’aujourd’hui, n’en déplaise aux gardiens du temple. Y a-t-il un début à tout cela ? Sans avoir les connaissances et l’analyse pertinente d’un ethnomusicologue, j’ai la certitude intérieure que tout a commencé en Afrique et ce avec le tambour et la voix.
Sans m’en rendre compte, les Tambours Croisés m’offraient l’occasion d’un voyage initiatique et de boucler ma modeste aventure terrestre, humaine et professionnelle. J’en apprécie d’autant plus le plaisir et le privilège que certains musiciens du groupe effectuent aussi ce parcours individuel, notamment ceux qui n’ont jamais mis les pieds sur le sol africain. Je les envie de connaître ce premier choc et de découvrir la puissance de ses racines. Tiens tiens ! J’ai dit « racines »!

Pour en revenir aux choses de l’argent, notre Kisskissbankbank traine des pieds au point que nous ayons émis des doutes quant au report des participations dans le décompte. Si vous souscrivez, laissez-nous un message (mail, facebook, site…) pour nous le signaler, cela nous permettra de vérifier le bon fonctionnement de la plateforme. Mais surtout participez et PARTAGEZ .
Les graves difficultés rencontrées par le festival Musiques Métisses d’Angoulême, qui fête ses 40 ans, sont un avertissement à prendre très au sérieux. A ceux qui pensent que nos valeurs culturelles sont essentielles dans la mutation de cette époque, nous les invitons à le faire savoir. Si les tambours se taisent faute de financements, ce sera encore un pas de plus vers la désertification des cultures du monde en France, donc un pas de moins vers la démocratie.

Thierry

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s